...telle a été cette première journée de l'année, telles je souhaiterais les suivantes, à chacun et chacune selon ses espoirs et ses besoins.

Finir l'année dans les collines, loin de l'excitation citadine - qui pourtant me stimule indispensablement - c'est s'offrir le luxe de belles journées qui ressemblent à ces jours rêvés de l'été idéal qui ne s'accomplit jamais comme on l'avait souhaité...

Prendre le petit déjeuner en regardant le soleil qui se lève et traverse les baies vitrées en nous réchauffant et nous éblouissant. Profiter de ce moment tendre avec Little Bug sur mes genoux, qui entre deux gorgées de biberon interroge, commente et chantonne tout ce qui lui passe par la tête - et autant vous dire que le flux ne tarit jamais !

Emmitoufler le petit pendant que son père prépare les vélos, et partir tous les trois faire le tour du Val, sur notre petite route préférée qui surplombe vignes et garrigue, se faire embarquer par des rafales de ce vent glacial qui nous garantit en échange ce ciel lumineux et ensoleillé.

S'allonger sur le banc au soleil pour bouquiner pendant la sieste pendant que la soupe du soir mitonne déjà...au soleil mais à l'abri derrière la baie vitrée bien sûr, le banc a été rentré pour hiverner dans le salon, garni de coussins.

Préparer des scones pour le thé qu'on prendra avec une voisine amie...

Envoyer les traditionnels vœux, répondre à ceux déjà reçus.

Prendre le thé et se demander pourquoi les scones sont plutôt ratés, n'ayant à peine gonflé ? Les manger quand même avec un fond de confiture de figues et se réjouir de la constante bonne humeur de cette amie.

Aller siroter un muscat ensuite - le jour tombe vite ! - et saluer les trois poussins de la marraine de Little Bug, avant de savourer la soupe.

S'écrouler après la lecture des histoires au petit, penser à écrire tout ça...