Lundi 4 janvier - petit bonheur olfactif

Journée de rentrée passée sans avoir à travailler, privilège d'un métier à jours et horaires variables, j'ai pu traîner, prendre le temps de bavarder avec des inconnus, comme ça, pour le plaisir...je suis plutôt bavarde et curieuse de l'autre, sans être indiscrète, et je ne me fais jamais rembarrer.

J'ai également pu flâner dans le 13e en achetant des babioles pour une amie, goûtant diverses spécialités asiatiques telles que : brioche vapeur au porc laqué, gâteau de riz à la banane enveloppé dans une feuille, bonbons au tamarin...

Multiples plaisirs donc, suivis de celui de prendre ensuite le goûter chez C., dont le fils est le grand copain de Little Bug. C. traverse une épreuve redoutable dont l'issue est encore incertaine mais sans grand espoir, alors quand j'ai un peu de temps, on prend le goûter ensemble et je tâche de la distraire un peu tandis que les petits gars jouent à la dînette - oui c'est leur trip en ce moment, et ils nous ont concocté cette fois une soupe à la crevette et du riz "un peu froid mais bien chaud quand même".

Me rappelant soudainement que j'ai encore oublié de racheter des ampoules (elles claquent chez nous plus vite que leur ombre), C. propose de garder mon fiston et que j'en profite également pour passer pour elle à la boulangerie. Mes courses rapidement accomplies, me voici sur le chemin du retour, une baguette encore chaude à la main, réalisant que je ne pouvais décemment pas croquer allègrement dans le croûton comme je l'aurais fait pour moi...et humant alors, profondément, l'odeur délicieuse du pain tout juste sorti du four, m'en repaissant tout au long de la rue, ébahie de la puissance évocatrice d'un simple parfum, cherchant à me rappeler où j'avais bien pu lire ces scènes où des misérables se régalent des fumets d'un festin auxquels ils ne sont pas conviés...
Je crois bien que cette baguette aura été plus savoureuse que si je l'avais goûtée...