Jeudi 25 février :

Il était temps de couper un peu le cordon, et nous nous étions mises d'accord avec C. pour envoyer les garçons passer ensemble une journée au centre de loisirs. Son fils ne voulant pas y aller, elle l'a gardé. (C'est bien un débat qu'on n'abordera jamais ensemble, sur la pertinence d'imposer un peu ses choix à ses enfants...) Le mien non plus mais je l'ai déposé quand même - et je suis retournée courir, depuis ce qui me semblait une éternité, juste une semaine en réalité. Je peine sur mes dernières séances, seul le mental me permet de maintenir la barre des 10 kms...Après un petit en-cas vitaminé, je suis allée nager. Pour le coup, c'était une longue parenthèse qui se refermait enfin après la pause forcée dûe à une otite persistante en janvier. Il n'y avait pas grand monde et c'était bien agréable de retrouver ces sensations d'être enrobée par l'eau. J'ai voulu faire un détour à vélo en rentrant, me suis fait une belle chute en coinçant ma roue dans le rail d'une voie ferrée désaffectée, ai été choquée doublement par la douleur physique et par l'indifférence du seul piéton de passage qui ne s'est même pas arrêté alors que je ne parvenais pas à me relever - tiens, il n'y a pas que des âmes charitables me suis-je dit, avant qu'une charmante automobiliste ne se précipite vers moi. Rien de cassé, heureusement j'ai toujours de l'arnica sur moi pour mon fils, et bien ça marche vraiment en contrecoup !
Fin précoce de ma carrière de triathlon, je suis rentrée prudemment récupérer un Little Bug ravi de se faire lire des histoires au chaud dans le canapé - il y avait longtemps...