Certes le projet est immense, ambitieux, résolument ancré dans ce XXIè siècle débutant, toute l'Europe culturelle s'apprête à l'acclamer, mais pour l'instant on en est encore à essuyer les plâtres, ou plutôt le béton puisque voilà la matière fétiche du grand manitou de l'architecture de la démesure...
Certes les premières notes, magiques, du lever de soleil de Daphnis et Chloé auraient dû rendre cette journée radieuse mais rien n'y a fait, les six heures suivantes consacrées au déchiffrage d'une complexe création contemporaine, dans ce qui ressemble pour l'instant encore à un parking de bunker ne m'ont pas fait rêver de l'avenir glorieux auquel ce lieu prétend être promis.